Quinze ans Axel

Publié le par Nathalie

   Bonjour  ,j'aime ce texte,c'est un de mes préférés. Un cadeau pour les quinze ans de mon fils

il n'y a pas si longtemps...        

       Ado

 

            Quelque chose attend. Quelque chose est là, caché derrière sa main, dans sa poche, on ne voit pas, on ne sait pas quoi, ni d'où, ni pourquoi, mais qui attend.      On voit son autre main, à lui, dire au revoir, de manière maladroite, ne sachant comment utiliser ses doigts. Doigts raides sur main ballante ou doigts battants sur paume douce. Douce menotte de bébé qui lui dit à elle, coucou sur le manège qui le transporte.  Premier départ,  premier adieu.

  

 

 

            On ne sait pas, s'il va lui sourire. Lui-même ne semble pas savoir. Sourire nigaud, sourire figé, entre les deux, son coeur hésite. Silence... puis embarras.   Partir vite, ne pas la voir pleurer, ni se serrer contre elle.   

            On entend, qu'il lui dit de ne pas l'appeler.  Qu'il ne faut pas qu'elle s'inquiète, il sera là lundi. La tête baissée, il se dérobe à son regard. Tandis que ses yeux, à elle, ses yeux sucrés de mère gâteau s'écarquillent et attendent un retour.   

            A lui, on lui remarque sa froideur, sa froideur volontaire, à elle son abusive candeur.  Il lui répète de ne pas l'appeler... son téléphone n'est nulle part. Il est éteint.

 

 

 

             Elle le regarde,attendrie,  disparaître dans la rue.  Petits pas de bébé qui vont trop vite. Attention aux voitures, il ne faut pas courir. 

 

               On le voit se presser, volontaire et sûr de lui, mettre un pas devant l'autre .

              Elle garde une main levée.  Ne surtout pas la baisser, il peut se retourner ... 

 

 

 

              Parfois il penche son visage d'un côté, il sent qu'elle est encore là ,alors il accélère le pas, lève son buste, paraît encore plus grand et marche droit vers son but.

    

 

 

              On se doute qu'il va passer un virage. Transition.

 

 

 

 

            Tâche noire au loin et puis plus rien. Elle se dit qu'elle a laissé partir son ado, son enfant, son bébé.  Peau douce qui lui fait coucou, peau acnéique qui ne l'embrasse pas.  

 

 

               Il se retourne pour s' assurer qu'elle ne le voit plus. Il ralentit son pas.  Il baisse son torse pour être plus petit et, timide, il marche sur ses orteils.  Il se tourne une nouvelle fois, au cas où elle accourrait. Il peut avoir oublié quelque chose.  

 

            Or, on sait qu'il n'a rien oublié. On voit qu'il serre encore très fort l'objet qu'il a dans sa poche.  Il le sort, le caresse et il n'hésite pas longtemps pour allumer son portable. On le surprend à sourire.  Il est relié, à nouveau à elle. Il se dit qu'elle peut appeler maintenant.   

 

             Nathalie C


         

  

 

 

 

 

 

Publié dans Mes textes

Commenter cet article

cocole 06/06/2006 08:54

j'espère que les bobos vont aller vite mieux!!!!!bonne journée

Nathalie 06/06/2006 12:03

Merci Cocole,les bobos vont beaucoup mieux.

jean-pierre 06/06/2006 08:44

tu vois...peut-être que le papier aussi attend, on ne sait pas encore quoi, mais il attend...il a confiance
jean-pierre

Nathalie 06/06/2006 12:04

Merci Jean-Pierre,tu as aussi contribué à ce texte...Souviens toi.Bises.

Christel 06/06/2006 06:24

J'espère que tu vas bien ... une belle semaine s'annonce ... profitons-en !!! Bises christel

Eric LOW 05/06/2006 19:12

eh oui... on a du mal à les laisser partir... & nous à leur âge, on était pressés de partir... la roue tourne...

cocole 05/06/2006 15:31

je suis charmée, c'est magnifique!!extra vraiment!! j'ai un fils aussi,de 18 ans...bisou